A travers cet article, je retrace brièvement les différentes étapes qui m'ont amenée à redécouvrir mon cycle menstruel:

  • J’ai eu une adolescence plutôt typique : Durant mes années de puberté, j’attendais mes règles avec le désir d’être comme tout le monde et de me sentir « grande ». A l’époque, je n’étais pas munie de beaucoup d’informations. Ce n’était pas un sujet dont on parlait facilement et librement. Je savais que j’allais perdre du sang quelques jours chaque mois et que je pouvais tomber enceinte. C’est tout !! Ce schéma a perduré durant toute ma vingtaine. J’ai eu la chance de ne pas avoir de symptômes trop débilitants. J’étais plus ennuyée qu’autre chose à l’approche des pertes de sang. Puis lors de ma première visite chez la gynécologue, j’ai été mise sous pilule contraceptive, sans trop chercher le pourquoi du comment! Je présume que c’était la procédure à l’époque : la pilule était la méthode contraceptive proposer aux  jeunes filles en âge de procréer. Je n’ai pas souvenir que l’on m’ait parlé de son fonctionnement, efficacité et risques potentiels. J’avais une attitude plutôt passive et conciliante face à ce sujet. Je faisais une confiance aveugle au docteur (elle doit savoir ce qu'elle fait :-) ) A l'époque, (et cela a perduré jusqu'à ma trentaine), je n’étais pas connectée à mon corps.
  • Durant ma vingtaine, je souffrais de fatigue chronique, et d’un manque d’énergie. Je suis passée par de grosses phases de déprime et de renfermement sur moi-même. Certains épisodes ont nécessité une hospitalisation, et des traitements médicamenteux. Bref, je n’étais pas au mieux de ma forme. Je me sentais coupable de me sentir ainsi alors que j’étais en pleine fleur de l’âge. J’étais censée avoir plein d’énergie et accomplir plein de choses. Mais c’était tout le contraire. J’ai cherché de l’aide en rencontrant de nombreux professionnels de santé car je voulais comprendre ce qui se passait mais je n’ai jamais eu de réponse claire. Et encore une fois, j'étais dans une approche passive ( "Docteurs, dites-moi ce qui ne va pas et guérissez-moi!"). Je n'étais toujours pas en charge de ma santé.
  • Puis à 27 ans, je fais la découverte de la maternité et j’enchaîne 3 grossesses en 3 ans. Youpi ! Pas de cycle menstruel durant tout ce temps !! J’étais ravie. (bon pour être honnête, j'ai eu un break avec les désagréments des règles mais c'était en échange d'un manque de sommeil chronique et d'une fatigue constante liée aux soins d'enfants en bas âge - donc j'ai pas vraiment gagné au change!). Mais alors autant vous dire que le retour de couches a été violent !! Mes hormones m’en ont fait voir de toutes les couleurs : cyclothymie intense, émotivité à fleur de peau,  tristesse, dépression et anxiété (avec chaque mois, le même discours de dépréciation et dévalorisation dans ma tête), très irritable, manquant de patience, ayant des envies incontrôlables de sucre, et une augmentation de mon appétit, des périodes de grosse flemme (avec pour seule envie de regarder des séries télé sur mon canapé !)
  • A l’époque, je n’avais pas fait le rapprochement entre tous ces symptômes et mes hormones. Je me sentais totalement impuissante et à la merci de mes émotions. Une perte totale de contrôle, qui m’a valu de nouvelles visites chez le psychiatre, un traitement anti-dépresseur et une thérapie. Ma situation se stabilise alors un peu. Mais là encore, je ne sentais pas cette responsabilité de prendre soin de moi. Je cherchais de l'aide à l'éxtérieur, multipliant les rendez-vous médicaux auprès de mutiples professionnels de santé de formations diverses et variées. Je me sentais désespérée et étais prête à tout essayer (acuponcture, médecine fonctionnelle, reiki, masseurs thérapeute, réévaluation par la co-écoute...). 
  • Puis en 2015, je prends les choses en main et décide de faire une formation de coach santé avec IIN (Institute for Integrative Nutrition).  Si la formation a pour but de nous former à coacher des personnes, cela a été pour moi une année déclic de "self-coaching" (j'étais mon propre coach!). J'ai ainsi pu mettre en pratique tout ce que j'apprenais et garder ce qui me convenait pour créer des habitudes de vie qui me correspondaient. Ce fut le début d´une reconnection avec mon corps et d'une nouvelle relation! Je suis passée en mode de consommation passive (je lisais tous les livres de santé et développement personnel qui me tombaient sous la main)  à un mode d'actions massives (tout ce que je lisais, je le mettais en pratique et le testais dans ma vie). Cette année fut vraiment incroyable! J'en suis ressortie tellement grandie. J’ai appris énormément de choses et rencontré des personnes si inspirantes: Andrew Weil, Kris Carr, Michelle Pfennighaus, Marie Forléo, Gabrielle Bernstein, Marianne Williamson, Danielle Laporte, Christiane Northup (cette femme est la gynécologue que tout femme rêverait d’avoir ! certains de ces lires sont traduits en français. Allez y jeter un coup d’œil vous ne serez pas déçues !! ) Et Lissa Rankin (une autre gynécologue de 40 ans qui vaut aussi le détour!!). 
  • Parmi tous ces ensiegnants, il y avait Alissa Vitti, une ancienne IIN qui est devenue une coach santé spécialisée dans les troubles hormonaux chez la femme. Elle a monté sa clinique à New York et a écrit un livre intitulé Woman code. Elle a aussi crée une application MyFlo pour smartphone dans le but de traquer notre  cycle menstruel. Etant une adepte du papier/crayon, j’ai préféré tenir un journal de bord, pour voir si au fil des mois il n’y avait pas des tendances qui se dégageaient. Cela me prend seulement 5 mn tous les soirs. En quelques mots, je décris mon état émotionnel, la qualité de mon sommeil, mon appétit, mes douleurs physiques, mon activité sportive. C’est impressionnant le nombre d’informations que j’ai pu collecter par le biais de cette routine. Ce qui m’a le plus frappé, c’est de voir d’un mois sur l’autre des tendances qui se dessinaient (des hauts, des bas, de la fatigue puis un regain d’énergie, une ouverture sur le monde, très sociale puis un retrait sur moi-même). Cette nature cyclique, j’ai cherché à l’éliminer durant des années. Je pensais que la normalité c’était d’être constante et stable dans tous les pans de ma vie (énergie, humeurs…)
  • Mais c’était une bataille perdue d’avance dans la mesure où par nature nous sommes des êtres cycliques ! Honorer et accepter ma nature cyclique, voilà ce vers quoi je devais me tourner et embrasser pleinement. Cette nouvelle approche du cycle menstruel a pris encore plus de sens lorsque je me suis intéressée de plus près aux mécanismes biologiques liés aux règles ainsi que le rôle primordial de nos hormones. Ce sera l’objet du prochain article.